Skip directly to content

Plan de gestion de la truite corse (2009-2011)

La Fédération de Pêche en Corse et ses partenaires (UE, DIREN, OEC, ONEMA, ONF, ONCFS et PNRC) ont mené de 2003 à 2007 le programme LIFE03NAT/F/000101 :  « Conservation de la truite macrostigma en Corse ». Au cours de programme, où des résultats intéressants ont été obtenus (effectifs doublés, découverte de 15 nouvelles population, sensibilisation des différents publics,...), un plan de conservation de l’espèce a été validé. En effet, afin de pérenniser les populations de macrostigma il est prévu de continuer les actions suivantes :

A Maintenir les populations pures dans un état de conservation favorable (cf. textes de la directive Habitats et textes d’application au plan national).

A.1.Surveillance des sites.

Objectif : lutte contre le braconnage. La préservation de l’espèce passe par la lutte contre les prélèvements excessifs et par un contrôle accentué des modes de capture prohibés. En effet, plusieurs infractions ont été constatées au cours des tournées de surveillance. Aussi, le maintien de la surveillance des sites apparaît comme indispensable pour la conservation de l’espèce. Seule la persévérance payera pour un résultat durable.

Méthode : maintien du réseau de surveillance.

Organismes concernés : ONEMA, Fédération, PNRC, ONCFS et ONF

A.2.Mise en place d’une réglementation et renforcement du contrôle des alevinages avec des souches atlantiques

Objectif : Lutte contre les introductions d’espèces allochtones pour stopper l’hybridation.

Méthode : Deux volets : 1 réglementaire avec les Arrêtés Préfectoraux Protection Biotope interdisant les alevinages et le dépôt de boites Vibert au dessus de 500 mètres, voire sur l’ensemble du territoire, et 1 concernant le travail d’information intense et continu auprès des Associations Agréées pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique pour bien expliquer les effets de l’arrêt des alevinages. En contrepartie étudier la possibilité de réensemencement en souches pures de certains bassins versants (voir B.4) sous contrôle de l’ONEMA et de la Fédération (si le réseau de réserve fonctionne, c’est possible)

Obtention des baux de pêche car la maîtrise foncière est indispensable pour la mise en place des différentes actions et notamment la réalisation des dossiers de mise en réserve.

Prévoir également une extension du réseau NATURA 2000.

Organismes concernés : Fédération, DREAL  et OEC

A.3. Créations de réserves temporaires de pêche et maintien du statut des réserves existantes

Objectif : Création d’un réseau de réserves

Méthode : Localisation de populations pures, montage du dossier de réserve et transmission à la Collectivité Territoriale de Corse pour les nouvelles réserves. Pour celles existantes, envoyer une demande de prolongation de l’arrêté à la CTC.

Organismes concernés : Fédération  et OEC

B. Améliorer la connaissance des caractéristiques et de la répartition de la truite macrostigma et lancer une politique de reconquête du territoire

B.1.Suivi génétique des populations pures :

Objectif : s’assurer du maintien de la pureté

Méthode : Prélèvements par échantillonnage de 20 spécimens (nageoire caudale) toutes les 5 années pour analyse génétique sur toutes les stations 100% pures ou > 95%.

Organismes concernés : Fédération de Pêche, ONEMA et ONF

Action sous-traitée par un laboratoire spécialisé

B.2.Contrôler périodiquement les niveaux de population :

Objectif : suivre l’évolution des populations

Méthode : poursuite du suivi des six populations témoins afin de contrôler l’évolution des effectifs. Ces suivis pourront être étendus à d’autres belles populations.

Organismes concernés : ONEMA, Fédération et ONF.

B.3.Recherche de populations pures :

Objectif : identifier de nouvelles populations afin d’évaluer au mieux l’état du stock disponible et donc ses chances de survie. De plus, au cours du LIFE les analyses ont démontré qu’il existe des différences entre les populations de macrostigma des différents bassins versants. Il est donc très intéressant de rechercher des populations pures dans toute l’île. En effet, il est capital dans le cadre d’une gestion patrimoniale de ne pas mélanger les truites des différentes micro-régions afin de conserver l’hétérogénéité de la macrostigma.

Méthode : Prélèvements par échantillonnage de 20 spécimens (nageoire caudale). Il convient de poursuivre les recherches dans 2 directions comme convenu en comité scientifique : connaissance parfaite d’un bassin versant en y analysant un maximum de cours d’eau et recherche de nouvelles populations dans tous les bassins versants de l’île.

Organismes concernés : Fédération et ONF

Action sous-traitée par un laboratoire spécialisé

B.4.Reconquête d’un bassin versant (ou d’une partie)

Objectif : étendre l’aire de répartition de l’espèce.

Méthode : le bilan actuel démontre un fort taux d’introgression par la souche atlantique. Aussi, mener des actions de réintroduction de la macrostigma dans certains cours d’eau est peut être un objectif ambitieux mais réalisable à long terme dans des zones qui ne sont pas trop affectées par l’hybridation. On pourrait l’envisager, couplé avec une forte adhésion locale et une maîtrise des baux, sur un bassin versant ou du moins sur une partie. Le Taravo, Fium’Orbu (partie haute)… semblent être des terrains favorables et emblématiques. En effet, il faut jouer sur l’identitaire de la truite Corse.

Ces opérations de réintroduction nécessitent en premier lieu la connaissance parfaite du bassin versant (obstacles à la migration aval vers l’amont,…) afin de pouvoir sélectionner les cours d’eau où auraient lieu les relâchers des truites capturées dans les réserves. Le nombre de truites pouvant être capturées sera calculé chaque année en fonction des résultats des inventaires.

-Organisme concerné : Fédération 

C. L’information et la sensibilisation

C.1.L’animation en milieu scolaire

Objectif : sensibiliser les enfants à la conservation de la macrostigma et plus généralement de notre environnement.

Méthode : intervention en classe avec la mallette pédagogique du LIFE (travail sur l’année avec la même école)

Organismes concernés : PNRC, OEC, Fédération.

C.2.L’animation grand public

Objectif : sensibiliser un large public sur l’intérêt de conserver notre truite endémique,

Méthode : participation aux différentes manifestations (foires,…), communication dans la presse (écrite, radio, télé,…), création de nouveaux supports de communication (dépliants,…) et réunions avec les pêcheurs.

Organismes concernés : PNRC, Fédération et OEC.

D. Suivi du programme

D.1.Réunions des comités de pilotage et scientifique

Objectif : suivi de l’avancement du programme et validation des différentes actions

Méthode : Mise en place de 2 à 4 réunions par an

concernés : Fédération, ONEMA, ONF, ONCFS, PNRC, OEC et DIREN

D.2.Coordination des actions

Objectif : coordonner les actions mises en place.

Méthode : une personne sera employée pour continuer la coordination des actions amorcées dans le Life nature.

Organismes concernés : Fédération.

Action sous-traitée par l’ONF pour les deux premières années

D.3. Suivi du programme et réalisation des rapports

Objectif : assurer le suivi administratif et financier.

Méthode : chaque partenaire assurera le suivi administratif et financier des actions menées par ses personnels, et réalisera chaque année un rapport d’activité qui sera transmis à la Fédération chargée de réaliser les rapports de synthèse technique et financier.

Organismes concernés : Fédération, ONEMA, OEC, PNRC, ONF, ONCFS.

E.Actions transversales

E.1.Réalisation des Documents d’Objectifs Natura 2000  sur chaque site.

Objectif : mise en place des mesures de gestion

Méthode : Réalisation de DOCOB qui est un document fait en concertation (COPIL) et approuvé par le préfet, il cadre les actions pour 5 ans. L’appropriation locale est bonne si les collectivités locales président et assurent la maîtrise d’ouvrage. 

Organismes concernés : Fédération .

E.2.Cohérence avec le Plan Départemental Piscicole de Gestion (PDPG)

Objectif : la mise en place d’une gestion cohérente du patrimoine halieutique de l’île.

Méthode : les actions menées dans l’après LIFE devront être en adéquation avec les mesures de gestions préconisées dans le PDPG

Organisme concerné : Fédération.

F.Actions diverses :

En plus des différentes actions évoquées ci-dessus, d’autres actions pourront être mises en place en fonction des besoins du moment :

  • travaux en rivière,
  • signalétique,
  • quelques études sont à prévoir : phénotypes, invertébrés, étude de la relation âge-taille,…

Organisme concerné : Fédération