Skip directly to content

L’habitat des truites corses

Typologie

La truite corse est une espèce d’eau fraîche (température généralement comprise entre 0 °C et 20 °C) et oxygénée. Elle est observée dans tous les types de cours d’eau et certains lacs à partir de 200 m d’altitude (parfois moins si les eaux sont suffisamment froides). Elle colonise des habitats très divers,notamment en raison d’une occupation différente du milieu selon le type d’activité. La truite se met à l’abri dans des zones appelées « caches », profondes, ombragées et au courant lent. Dans ces repaires fournis par la nature (berges creuses, rochers, racines), elle peut tranquillement se reposer,protégée d’éventuels prédateurs, sans avoir à lutter contre le courant.
 
Lorsqu’elle a besoin de se nourrir, la truite occupe des postes de chasse situés dans des zones au courant plus fort. Le nombre de postes de chasse et le nombre d’abris disponibles contrôlent ainsi la répartition et la densité des truites dans une même rivière.

Le milieu

Le long d’un cours d’eau, plusieurs zones écologiques se succèdent sans réelle discontinuité (fig. 14). De l’amont vers l’aval, quatre zones principales peuvent ainsi être distinguées :
  • La zone des sources et des petits ruisselets (fig. 15),
    située près des sommets montagneux. L’eau y est très froide et très pure. La ripisylve est dominée par l’aulne nain et la végétation aquatique par des algues diatomées. De nombreuses espèces animales endémiques y ont été observées : beaucoup d’invertébrés mais aussi deux amphibiens urodèles (avec queue), la salamandre de Corse et l’euprocte de Corse.La zone des sources et des petits ruisselets (fig. 15), située près des sommets montagneux. L’eau y est très froide et très pure. La ripisylve est dominée par l’aulne nain et la végétation aquatique par des algues diatomées. De nombreuses espèces animales endémiques y ont été observées : beaucoup d’invertébrés mais aussi deux amphibiens urodèles (avec queue), la salamandre de Corse et l’euprocte de Corse.
  • La zone à truite : elle peut être subdivisée en zone à truites supérieure et zone à truite inférieure.
    • a) La zone à truites supérieure est située au-dessus de 800 m. Il s’agit de torrents, riches en cascades et trous d’eau, aux eaux froides et oxygénées.
      C’est là que se situent les principales frayères à truites, où grossissent préférentiellement les alevins et les truitelles. L’anguille est généralement absente.
    • b) La zone à truites inférieure : elle se situe entre 800 et 200 m. La truite, espèce la plus abondante, et l’anguille composent le peuplement. De nombreuses larves d’invertébrés aquatiques sont présentes dans l’eau. Au-dessus de la surface, deux espèces de « libellules » peuvent être observées : l’æschne paisible et la frêle et élégante demoiselle agrion. La nuit, une chauve-souris particulièrement adaptée à la capture des insectes volants au-dessus de la surface, le murin d’Aubanton, parcourt le lit du cours d’eau. Deux amphibiens anoures endémiques cyrno-sardes se rencontrent : le discoglosse sarde et la rainette cyrno-sarde.Dans l’eau les diatomées sont toujours très abondantes tout comme, sur les berges, l’aulne glutineux.

Parmi les autres animaux, un petit oiseau (de la taille d’un merle), le cincle plongeur, est présent ainsi qu’un amphibien anoure (sans queue), le discoglosse corse. La ripisylve est caractérisée par la présence de l’aulne cordé accompagné du pin laricio et/ou du hêtre.

b) La zone à truites inférieure : elle se situe entre 800 et 200 m. La truite, espèce la plus abondante, et l’anguille composent le peuplement. De nombreuses larves d’invertébrés aquatiques sont présentes dans l’eau. Au-dessus de la surface, deux espèces de « libellules » peuvent être observées : l’æschne paisible et la frêle et élégante demoiselle agrion. La nuit, une chauve-souris particulièrement adaptée à la capture des insectes volants au-dessus de la surface, le murin d’Aubanton, parcourt le lit du cours d’eau. Deux amphibiens anoures endémiques cyrno-sardes se rencontrent : le discoglosse sarde et la rainette cyrno-sarde.Dans l’eau les diatomées sont toujours très abondantes tout comme, sur les berges, l’aulne glutineux.
  • La zone à anguilles (fig. 17) : il s’agit du cours inférieur, ou partie aval des rivières située en dessous de 200 m, dans les fonds de vallées et les plaines. La température y est plus chaude l’été et le courant moyen et lent. La granulométrie est composée de galets et d’éléments fins (sables). Le poisson dominant est l’anguille dans la partie haute ou zone à anguille supérieure. Au-dessous de 100 m, dans la zone à anguilles inférieure, un petit poisson à peau nue, la blennie fluviatile accompagne l’anguille. Le héron cendré et la cistude d’Europe sont aussi observés. Saules, peupliers, aulnes glutineux et essences du maquis constituent la ripisylve. Potamots et renoncules composent la végétation aquatique.
  • La zone d’influence marine (fig. 18) est le cours d’eau terminal des rivières. La zone d’embouchure assure la transition entre le milieu dulcicole (eau douce) et le milieu marin. Les eaux sont douces à saumâtres et chaudes. La granulométrie est très fine : sables et limons. Les poissons dominants sont les anguilles, les mulets, les athérines et les gambusies (introduites). Les autres vertébrés rencontrés fréquemment sont la poule d’eau, le petit gravelot et le crapaud vert. La végétation de la ripisylve est représentée par la canne de Provence, le roseau (phragmite) et le tamaris.

Répartition des zones écologiques le long du cours d’eau

Le régime hydrologique

Le régime des cours d’eau, de type torrentiel, est marqué par de fortes variations de débit liées à l’irrégularité et l’intensité des pluies méditerranéennes. Les écarts entre les niveaux les plus bas en été (étiage) et les niveaux les plus hauts lors des crues peuvent être considérables. Le débit peut ainsi passer en quelques heures d’une centaine à plusieurs centaines de milliers de litres par seconde.
 
Les étiages sévères et les crues violentes conditionnent la vie aquatique : seules survivent les espèces adaptées à cet environnement extrêmement sélectif.