Skip directly to content

Ecologie de l’espèce

La truite corse (Salmo trutta de type macrostigma) est une variété de la truite commune (Salmo trutta) également appelée truite fario ou truite de rivière. En Corse,Duméril (1858), Roule (1933), puis Spillman (1961) ont qualifié les truites sauvages de nos rivières comme appartenant à la sous-espèce macrostigma sur la base de leurs caractéristiques morphométriques et principalement leurs ponctuations. La récente série d’analyses génétiques menées en Corse a conforté cette distinction entre la truite corse et les autres types identifiés (atlantique, méditerranéenne et arc-en-ciel) sans pour autant identifier cette truite comme la macrostigma décrite en Algérie par Duméril (1858).

La nutrition

La truite fario, et donc la macrostigma, est un carnassier redoutable faisant preuve d’un comportement territorial très prononcé lorsqu’elle se trouve sur son poste de chasse: tout intru est attaqué. La truite est strictement carnivore. Elle exploite toutes les ressources animales de la rivière. Son régime alimentaire varie ainsi en fonction des saisons et des heures de la journée: insectes, larves , mollusques,petits batraciens tels que les euproctes.

Avec l’âge, les grosses truites capturent parfois des alevins et des truitelles. La truite chasse à vue et sélectionne ses proies en fonction de critères visuels, olfactifs et gustatifs. Le choix du poste de chasse est directement lié à la dérive 1 des invertébrés et à la vitesse du courant. Cependant, dans certaines zones plus calmes la truite « mouche », c’est-à-dire, elle gobe certains insectes volants qui s’approchent tout près de la surface.

La reproduction

Contrairement à celui de l’anguille, le cycle de reproduction de la truite se déroule entièrement en eau douce. La période de reproduction, appelée « frai », se déroule en hiver, de novembre à janvier, dans une eau froide (5° à 10 °C) et bien oxygénée. Cette période est précédée de la remontée des adultes vers les frayères situées en amont des rivières (zone supérieure). La maturité sexuelle est atteinte à 2 ans pour les mâles et à 3 ans pour les femelles. Ces dernières produisent 1 à 1,5 oeuf par gramme de poids vif. À l’aide de sa nageoire caudale, la femelle creuse une petite dépression dans une gravière et elle y dépose ses oeufs que les mâles fécondent tout de suite en expulsant leur laitance. À l’éclosion, après une durée d’incubation qui varie en fonction de la température de l’eau, les alevins mesurent entre 1,5 et 2,5 cm et présentent sous leur corps un sac vitellin.

En grandissant, les juvéniles développent un comportement territorial marqué; petit à petit, un système de hiérarchie se met en place pour l’occupation des meilleurs postes de chasse.

Les jeunes truites quittent progressivement la zone de reproduction pour des zones mieux adaptées à leur taille et à leurs besoins. Elles repeuplent ainsi les zones inférieures des cours d’eau.

Le cycle de reproduction de la truite

copyright JF Cubbels

Statut de protection

Salmo trutta de type macrostigma figure à l’annexe III de la convention de Berne et à l’annexe II de la directive européenne « Habitats » 92/43/CEE du 21 mai 1992 sous le terme de « Truite à grosses tâches : Salmo trutta macrostigma ». Elle est soumise à la réglementation de pêche qui fixe la taille, le nombre de captures autorisées et la période d’ouverture de la pêche. La destruction ou l’enlèvement de ses oeufs sont interdits par l’arrêté ministériel du 8 décembre 1988.